fbpx

Chroniques d’une ville qu’on croit connaître

De : Wael Kadour

Mise en scène : Mohamed Al Rashi et Wael Kadour

pays : Syrie

Présentation

Le spectacle s’inspire d’une histoire vraie. A Damas, au début de la révolution, une femme se suicide une nuit de l’été 2011. Partant de ce fait, la pièce pose alors une question : comment une syrienne, de quelque bord politique qu’elle soit, a-t-elle pu choisir de ne pas savoir ce qui allait se passer dans son pays alors que le mouvement révolutionnaire risquait de faire tomber le régime d’un jour à l’autre ? Un événement qu’aucune imagination, même la plus fantasque, n’aurait pu prédire quelques mois auparavant. Animé par cette question, le texte raconte la société syrienne, avant la révolution et après son déclenchement, met en lumière la violence intrinsèque d’un système politique, économique et religieux, instauré et perpétué depuis des décennies. Il questionne aussi en filigrane l’hypothèse de la transition inévitable d’un mouvement révolutionnaire pacifique vers le conflit armé. En se référant au passé, proche mais aussi lointain, Chroniques d’une ville qu’on croit connaître tente de comprendre ce qui se passe aujourd’hui en Syrie mais postule aussi que l’examen attentif de notre propre histoire est le seul moyen de comprendre nos choix personnels.

L’équipe

  • Durée

    1h15

  • Lieu

    Théâtre du Point du Jour

    Localiser le lieu

  • Date

    18 octobre
    20h

    19 octobre
    16h

  • Tarifs

    Plein tarif : 20 €

    Tarif réduit : 16 €

    - 28 ans : 11 €

    RSA : 9 €

    Pass festival : 14 €

    Pass festival - 28 ans : 9 €

  • A noter

    Spectacle en arabe syrien, surtitré en français    
    À partir de 15 ans

en écho